budget 2018: déclaration au conseil municipal d’Andrésy Dynamique

Mes chers collègues,

Cet avant dernier budget de la mandature s’inscrit une nouvelle fois dans un contexte difficile, contexte sur lequel je me suis déjà exprimé lors du Rapport d’Orientations Budgétaires.

Comme je l’ai indiqué à cette occasion, les dotations gelées et les nouvelles décisions du gouvernement doivent inciter les municipalités à réfléchir, à être innovant dans leur manière d’exercer leur mandat. Les vieilles recettes des élus d’hier ne peuvent plus fonctionner.

2018, à Andrésy, tout se passe comme si rien n’avait changé, comme si le monde fonctionnait encore comme en 2001.

Si j’avais à qualifier ce budget, je dirais qu’il est dispendieux par rapport à son utilité pour le quotidien des Andrésiens.

Les dépenses que nous propose Denis Faist sont axées sur l’image que le Maire veut véhiculer à l’extérieur de la Ville et non dans l’intérêt des Andrésiens : on nous parle de Tourisme quand à Andrésy le commerce de proximité se meurt, on nous parle de Constructions quand les Andrésiens nous parlent de voiries délabrées. Vous vous affichez Ville « amie des enfants » avec des leurres que vous agitez pour votre communication alors que vous l’avez démontré l’année dernière, avec la fermeture de la crèche familiale, vous avez lancé, à chaque Andrésienne et à chaque Andrésien, un signal fort et qui se confirme : la politique familiale n’est pas votre priorité.

Aujourd’hui, à part des dépenses obligatoires d’agrandissement des groupes scolaires, uniquement nécessaires par l’afflux de population que vous avez souhaité, rien ne se justifie : non seulement nous voyons, dans les 14 millions inscrits au budget d’investissement 2018, des propositions que nous pourrions qualifiées, si nous voulions être désagréable, ce qui n’est pas le cas, d’Arlésiennes : la videoprotection, Louise WEISS, l’annonce de la rénovation de ce gymnase nous aura tenus en haleine tout un mandat !

Nous nous étonnons toujours de votre manque d’ambition, de vision globale et d’innovation pour notre Ville notamment en raison de l’arrivée des 3200 nouveaux habitants et la nécessité de structurer la ville en fonction de cet impératif alors que vous nous proposez des investissements incohérents et non prioritaires, comme la halte fluviale, l’extension de l’Ile Nancy, le mur du Moussel.

Et de manière plus pragmatique, nous voudrions comprendre l’utilité d’un nouveau mur d’escalade à Diagana alors qu’il y en a déjà un, aux Charvaux, pour une ville de 11.000 habitants, cela n’était-ce pas suffisant ?

Etonnement également de voir inscrits en 2018, déjà, 65.000 euros de travaux de rénovation pour un complexe sportif, inauguré, il y a moins de 8 ans ?

Ceci étant, nous nous demandons pourquoi nous vous posons des questions car cela fait tellement longtemps que vous êtes maire et maire adjoint aux finances, que vous avez du finir par oublier le principe d’un conseil municipal, le rôle de chaque conseiller au sein de cette instance démocratique : poser des questions au nom des habitants et obtenir des réponses également dans l’intérêt des habitants.

En effet, lors du dernier conseil, au cours du rapport d’orientations budgétaires, nous vous avons posé 5 questions précises. Vous m’aviez assuré que j’aurai 5 réponses précises avant ce soir.

Or ce soir, aucune réponse ; je vais donc les reposer ce soir car elles sont en lien direct avec le vote du budget  :

« Pour Andresy, comment justifier la création d’un relai nautique pour 360 000 euros d’investissement réclamé par aucun habitant ? Donc, 1ère question, nous souhaitons connaitre le montant estimatif des frais de fonctionnement annuels liés à cet aménagement ? Personnel, marché d’entretien,…ect..

Ceci nous ramène à une seconde question posée les années passées sur la création de Treck’ile et pour laquelle nous n’avons jamais eu de réponse ? Quid des frais de fonctionnement de cet aménagement ? Nous aimerions avoir une réponse simple et claire sur cette question mais de celle-ci en découle une troisième : avec les inondations, le réaménagement va entrainer des frais, nous souhaiterions en avoir le montant ? (Ne nous dites pas que cette situation est exceptionnelle car ceci était prévisible puisque nous sommes en zone inondable et ce sera d’ailleurs comme vous le dites dans votre édito, au vu des dérèglements climatiques, des épisodes qui seront amenés à se répéter. Allons- nous payer, à chaque fois, une remise en état ?

Ensuite, nous sommes toujours dubitatifs sur les sommes prévues pour la remise en état du Moussel pour 54 000 euros uniquement pour la façade nord. Nous vous avions déjà indiqué que nous voulions une réflexion sur l’avenir de ce bâtiment avant d’engager de tels frais. Soit, la Ville a un projet défini et les travaux sont nécessaires et justifiés soit vous n’avez aucun projet certain et seulement une envie de le conserver et là, nous nous posons la question de sa conservation dans le patrimoine municipal ? Ce sera donc notre 4ème question.

Notre dernière question avant notre conclusion concerne les 9 projets que vous aviez souhaité présenter, précipitamment, au fonds de soutien lancé par le gouvernement de l’époque représentant 14 millions d’euros ? Rappelez-vous que notre groupe s’en était étonné en regrettant que tous ces dossiers de travaux dépassent largement le budget annuel de la ville tout en donnant inutilement, énormément de travail aux services municipaux. Ces projets devaient être réalisés avant 2019 et engagés avant le 31 décembre2017. Quels sont donc les dossiers qui ont été retenus ? »

 

Au final, nous sommes non seulement inquiets mais également attristés de constater un tel budget dans la continuité des précédents sans projet d’avenir pour Andrésy.

 

Nous n’avons pas de spirale vertueuse qui nourrirait une dynamique d’attractivité.