Archives de catégorie : Actualité du groupe d’élu

Abattage des tilleuls bd Noel Marc : réponses de Mr le maire d’Andrésy suite au courriel qu’AD lui a adressé, le 30 juillet 2019

Réponses de Mr le Maire au courriel adressé par Andrésy Dynamique concernant l’abattage des tilleuls:

Suite à mon courriel du 30 juillet, j’ai pu échanger, hier soir, par téléphone, avec mr le maire.
Dans un souci de transparence, nécessaire, sur ce dossier ( à la fin de l’entretien, j’ai prévenu, mr Ribault que je communiquerai ses réponses)Je vous les retranscrits :

1) Pourquoi avoir décidé de couper l’ensemble des tilleuls en plein été sans prévenir ni les élus, ni les habitants?
réponse: Je reconnais que cela n’aurait jamais du se faire de cette façon mais je n’ai appris, de la part de la communauté urbaine GPSEO, que ces travaux allaient se réaliser, seulement, en fin de semaine dernière.

2) L’abattage était-il nécessaire? Les tilleuls étaient-ils malades et pouvons nous avoir accès à l’expertise,
réponse: les arbres n’ont pas été abattus car malades même si quelques uns l’étaient mais pour réaliser du stationnement et reconfigurer la voie. Nous n’avons pas le rapport d’expertise mais une lettre de la communauté d’agglomération (CU GPSEO) nous en donnant les conclusions.

3) Pourrions nous en être destinataire dès que vous l’aurez?
réponse: oui.

4)Quels sont exactement les travaux qui vont être réalisés et pourquoi n’avons-nous jamais vu les plans et le détail des travaux car ni en 2013, au moment du lancement du projet de réfection du centre ville, les élus de la majorité n’avaient eu connaissance du détail des plans de l’opération ni, depuis la reprise du projet en 2018?
réponse: les relations avec les services de la CU GPSEO sont telles que même moi, Maire d’Andrésy, je n’avais pas le détail de l’opération, le plan et le calendrier jusqu’à la semaine dernière.
Les travaux vont consister en l’aménagement du petit parking en face de la rue de l’église et mise en place d’un ralentisseur, l’élargissement du trottoir le long des maisons à 1,50 avec du stationnement, réfection de la chaussée et réaménagement du trottoir actuel, le long du marché, avec plantation de nouveaux arbres.

5) Pourquoi ne pas avoir choisi de conserver les arbres et d’organiser le stationnement différemment?
réponse: pour une unité paysagère avec les arbres du centre-ville.

6) Quand seront-ils replantés, quelles en seront les essences et la taille?
réponse: ils seront replantés fin novembre, en même temps que les travaux de voirie, ce seront les mêmes essences que ceux du centre ville et ils seront de la même taille qu’avaient ceux qui avaient été plantés, à l’époque,devant les commerces.

7) Et qu’en est-il des tilleuls entre le marché et la Seine?
réponse: aucun aménagement n’est prévu de ce côté donc les arbres ne seront pas enlevés.

Ces réponses nous amènent à quelques réflexions que j’ai d’ailleurs partagées avec Monsieur le maire en lui précisant que je communiquerai, bien évidemment sur notre conversation.
Il est inimaginable, qu’aujourd’hui, une municipalité puisse décider d’abattre 21 tilleuls centenaires, non malades, ni dangereux, sans même une information aux habitants!
Tout projet part d’un parti-pris d’aménagement que chacun peut partager ou pas mais il se discute et peut parfois et même souvent s’améliorer grâce à des échanges constructifs.
Je regrette que ce ne soit pas la manière de fonctionner de l’équipe en place .En ce qui concerne Andrésy Dynamique, nous avons régulièrement travaillé en ateliers, et c’est à la lumière des réflexions et de l’écoute des uns et des autres que nous avons toujours pris dans nos décisions.
A l’avenir, notre ville ne pourra retrouver sa douceur de vivre, sa sérénité et une certaine harmonie qu’avec un changement de méthode.

Lettre ouverte au Maire d’Andrésy au sujet de l’abattage de 21 tilleuls du centre ville

Chers Andrésiens,

Emue comme vous,  par l’information, apprise le 29 juillet au soir, selon laquelle 21 tilleuls allaient être abattus en centre-ville, j’ai adressé un courriel à Monsieur le Maire,  que je souhaitais vous faire partager.

Vous pouvez en prendre connaissance ci-dessous :

« Groupe Andrésy Dynamique                                           Andrésy, le 30 juillet 2019

Monsieur Hugues RIBAULT,

Maire d’Andrésy Conseiller communautaire

Hôtel de Ville

4 boulevard Noël Marc

78570 ANDRESY

Monsieur le Maire,

Quelle surprise d’apprendre hier,  que la Municipalité avait décidé d’abattre 21 tilleuls situés le long du marché d’Andrésy.

Lors d’un précédent Conseil municipal, vous nous aviez, certes, informés de la prochaine réfection de la voirie de cette portion du boulevard Noël Marc mais à aucun moment, vous avez pris la peine de nous montrer les plans, de nous indiquer les conséquences sur les arbres et le planning de réalisation.

Il est donc très surprenant que ce soit en pleine période estivale que les Andrésiens et les élus d’opposition découvrent l’information.

Au nom d’Andrésy dynamique, je souhaiterais obtenir de plus amples informations sur les raisons qui poussent l’entreprise à détruire ce poumon vert du centre-ville ; j’aimerais comprendre comment d’autres villes réussissent à modifier leurs trottoirs sans pour autant abattre leurs arbres ( ou uniquement les arbres malades) et les raisons pour lesquelles nous n’avons pas trouvé une meilleure alternative pour notre ville.

Si vous détenez des explications plus détaillées sur ce sujet, il me semble indispensable de les communiquer à l’ensemble des Andrésiens, ce qui à mon sens, aurait dû être fait largement en amont du début des travaux.

En outre, d’autres questions se posent, les commerçants du marché ont-ils été prévenus pour s’organiser pendant les travaux ? Allez-vous replanter le même nombre d’arbres ? Quelle essence d’arbre ? Seront-ils déjà de taille adulte ? En effet, nous savons tous d’une part, qu’en période de canicule, ces végétaux remplacent un grand nombre de climatiseurs et d’autre part, cet alignement d’arbres en centre-ville, participe à la qualité paysagère d’Andrésy.

Je vous remercie donc, Monsieur le Maire, de bien vouloir répondre à toutes ces interrogations que m’ont posées légitimement un grand nombre d’Andrésiens et qu’il m’appartient de vous relayer en ma qualité de Conseillère municipale d’Andrésy dynamique.

Virginie MUNERET,

Conseillère municipale,

Andrésy Dynamique. »

 

 

 

 

 

Tribune Andresy Dynamique: Février 2019

Quand les dissensions politiques s’oublient au profit de l’intérêt général.

Dès 2014, date à laquelle le Maire a mis en révision le Plan Local d’Urbanisme (PLU) d’Andrésy, notre groupe n’a eu de cesse, et vous le savez, d’exprimer ses recommandations pour que la ville respecte ses obligations légales tout en évitant une urbanisation massive et anarchique.

De 2015 à 2017, nous avons eu du mal à nous faire entendre alors que le Maire et son équipe savaient que les propositions de Virginie Muneret, étaient pertinentes mais, par principe, ils considéraient qu’elles étaient irrecevables, uniquement parce qu’elles provenaient de l’opposition municipale.

Cependant, les faits sont têtus et, les promoteurs ont montré avec quelle facilité ils pouvaient densifier, de manière débridée notre ville (rues Maurice Berteaux, la Fontaine, des Courcieux) à cause du laxisme de notre PLU. Et la municipalité a été obligée de regarder, objectivement, nos suggestions lorsque nous lui avons remis notre pétition, fort de plus de 650 signatures, réclamant la mise en place d’une commission spécifique, pour réfléchir, sur le Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI) de 2020.

Les 3 groupes politiques du conseil municipal se sont donc retrouvés, régulièrement, pour débattre de ce nouveau document de programmation, primordial pour l’avenir de nos communes. C’est ainsi qu’enrichi des orientations des élus, de toutes tendances politiques confondues, les techniciens d’Andrésy et de GPS&O, ont pu réaliser un travail de fonds et de qualité.

Celui-ci reste, certes, encore imparfait et devra être complété par vos remarques, lors de l’enquête publique de juin 2019. Néanmoins, lors du dernier conseil municipal, notre groupe a considéré que dans l’intérêt des Andrésiens, il était cohérent de voter, sans hésitation, toutes les réserves proposées par le Maire, sur ce premier projet de PLUI.

A la différence d’autres groupes, nous considérons que toute proposition est intéressante à étudier et quel que soit le groupe duquel elle émane ; si les recommandations sont pertinentes, elles doivent être prises en compte. Nous agissons ainsi depuis 5 ans et, nous ne concevons notre mandat d’élu local, que sous cette forme, dans l’intérêt général.

Andrésy Dynamique avec Virginie Muneret, Franck Martz, Marie-Françoise Perroto, Emmanuelle Menin et Christian Taillebois. Facebook/andresydynamique / email. andresydynamique@gmail.com/ www.andresy-dynamique.fr. Le 04/03/2019

 

 

Intervention de Virginie MUNERET lors du ( ROB) Rapport sur les orientations budgétaires 2019 d’Andrésy

Extrait du Conseil municipal du 13 février 2019: vidéo et texte d’Andrésy dynamique

 

Voici le texte prononcé par le groupe AD, lors des orientations budgétaires de 2019, présentées par la majorité:

« Avant de commencer, je crois qu’il est important de rappeler quel était l’objectif du législateur en créant un Débat ou Rapport d’Orientations Budgétaires, en conseil municipal : Permettre des échanges, entre tous les élus de la majorité comme de la minorité, pour construire ensemble, une vision commune de la ville, à travers son budget. Et c’est, cette vision commune que nous voulons essayer de partager, avec chacun d’entre vous. C’est la raison pour laquelle nous aimerions que les remarques qu’Andrésy Dynamique va faire, ce soir, ne soient pas uniquement considérées comme une déclaration de l’opposition notée dans le compte rendu mais que chacun y réfléchisse pour la construction du dernier budget du mandat.

Afin d’être le plus synthétique, clair et efficace possible, nous vous proposons de vous faire part de nos observations en repartant d’une analyse globale de la conclusion de ce rapport.( etmême si l’adjoint au aire nenous avait fait qu’un copié-collé de sa conclusion de l’année passée, nous avons choisi de l’analyser au vu de la conjoncture 2019)

Vous démarrez en parlant du contexte général de restriction de la dépense publique et du fait que cela oblige Andrésy, comme toutes les communes, à (je vous cite) « maîtriser ses dépenses réelles de fonctionnement afin d’éviter l’effet ciseaux induit par l’augmentation exogène de nos dépenses et la baisse de nos recettes… ».
Même si nous pouvons partager la première partie de la phrase, pour la seconde, il ne nous semble pas, malheureusement qu’elle soit qu’exogène.
En effet, les choix d’investissement de l’exécutif induisent toujours, les dépenses de fonctionnement qui suivront. Il est donc évident que si vous faites de mauvais choix en construisant des équipements inutiles, les générations futures auront à en assumer les conséquences ce qui va être bien évidemment le cas de la halte fluviale ou de treck’ile, par exemple.
Par ailleurs, cela signifie, au vu de votre entêtement, à continuer une politique de constructions publiques inadaptées que la seule possibilité pour éviter cet effet ciseau va consister, à supprimer encore des services publics en faveur des habitants.

On le voit dans cette présentation, le seul exemple que vous martelez pour justifier vos diminutions de frais de fonctionnement est d’avoir fermé la crèche familiale !! Pourtant, quelle est l’équipe municipale qui pourrait être fière de cela ? Supprimer des services publics à l’heure où les Français rencontrent de plus en plus de difficultés au quotidien.

Une politique municipale, à l’écoute, devrait proposer tout le contraire.
Un sondage qui avait été organisé, il y a quelque temps, par l’Association des Maires de France, pour les Maires montraient que les principales attentes des administrés étaient que leur commune leur garantisse leur sécurité, leur entretienne leurs voiries et les accompagne pour la garde de leurs enfants.

D’autre part, vous préconisez, dans votre stratégie financière, de poursuivre des plans d’économie sur les charges de fonctionnement alors même que nous savons que les agents municipaux d’Andrésy qui sont de grande qualité et font le maximum pour répondre aux demandes des administrés et de leurs élus, sont maintenant en sous-effectif constant. Cela fait plusieurs Rapport d’Orientations Budgétaires où nous disons que c’est déraisonnable mais maintenant en 2019, vu les coupes déjà réalisées, cette préconisation, je l’affirme et l’assume serait suicidaire.

A un moment, on ne peut pas avoir des paroles et des actes qui ne sont plus du tout en adéquation. Le gouvernement actuel en est la démonstration.

Vous savez, il est toujours de bon ton, en France, de taper sur les fonctionnaires mais quand la qualité des services diminue, là on se rend compte qu’ils étaient très utiles mais c’est souvent trop tard pour revenir en arrière ! On entend dire : Ils sont trop nombreux mais où les supprime-t-on ? Dans la Police ? Ah non, sous-effectif ? Dans la justice ? Ah non, c’est déjà une catastrophe ? Dans l’éducation ? Surement pas ; Mais ce sont ces postes qui consomment 80 % de la masse salariale de l’Etat. Alors que faisons-nous ? Et bien on supprime les autres services et notamment territoriaux.

Et on voit le monstre que cela a engendré. Une crise sans précédent depuis 14 semaines. Crise qui est née essentiellement là où les services publics ont été supprimés et où les commerces ont fini par partir, aussi.
Alors faisons attention, le service que nous devons aux habitants est fragile, nous sommes tous des compagnons de route et le travail nous devons le faire tous ensemble pour de bonnes raisons.

Sur les autres points soulevés dans votre conclusion,

Tout d’abord, nous sommes assez étonnés qu’un simple mi-temps d’un manager de ville, salarié de la Chambre de Commerce et d’Industrie, sans réel possibilité d’agir efficacement sur le tissu local soit noté comme un axe essentiel de la stratégie financière de la Ville !! Quant à la possibilité d’abattement de la Taxe foncière locale, quelques explications s’imposent. Pourrez-vous nous les donner ?

Quant à l’axe 3, permettez-nous de ne pas être d’accord du tout mais pas du tout avec les termes employés, convenus et surtout dévoyés : « évolution maîtrisée de la population par le lancement d’opérations de logements validées et intégrées dans leur environnement ».
-Validées ? Mais Validées par qui ? Par vous seuls? Aucune concertation, des pétitions pour obtenir quelques avancées et encore aujourd’hui, des grands ensembles d’immeubles programmés de manière démesurée surtout dans le secteur large de la gare (de l’entrée de ville : rue de Triel, puis Sablons, Casino, projet gare, Jean Philippe Rameau, à la rue de Chanteloup ): A terme plus de 700 logements, rien que dans ce quartier. Je n’appelle vraiment pas cela une évolution maîtrisée.

En outre, inscrire ceci dans les axes de stratégie financière me semble absurde puisque les maires bâtisseurs ne percevront même plus la taxe d’habitation qu’aurait pu leur rapporter cette arrivée de nouveaux habitants. En revanche, cela aura un véritable coût de services pour la collectivité.

Coût non anticipé comme nous l’avions regretté en son temps, sans vision, sans projet de ville. Celui-ci aurait permis d’anticiper la construction d’un véritable groupe scolaire plutôt que des rafistolages d’écoles existantes prenant sur leurs superficies actuelles pour mettre plus d’enfants dans moins d’espace. Ces aménagements à la sauvette, ne permettant pas de respecter des cartes scolaires à « énergie positive » si je puis dire, puisque les distances entre les nouvelles habitations et les groupes dont dépendront les enfants obligeront leurs parents à utiliser la voiture.

En dehors d’une vision à long terme de notre Ville en termes d’aménagement, nous ne pouvons que regretter encore une fois que nos interventions, telles que je le disais en préambule ne soient écoutées que d’une oreille distraite, sans réel intérêt pour l’échange, pour enrichir le travail afin de l’améliorer, de le polir ensemble. C’est typiquement le cas au sujet de l’emprunt puisque cela faisait 2 années que notre équipe vous conseillait de lever celui-ci tant que les taux étaient les plus bas. Vous n’avez pas voulu suivre et c’est en 2019 que vous vous décidez alors que les taux remontent. Pourquoi ?

Enfin, je ne parlerai pas de vos relations avec notre communauté urbaine, GPSEO que vous citez du bout des doigts, dans votre rapport. Nous nous sommes suffisamment exprimés sur le sujet et cela n’apportera rien, à mon sens au débat de ce soir.

Voici la contribution qu’Andrésy Dynamique souhaitait apporter au débat. »

Tribune Andrésy Dynamique : Janvier 2019

 

Chères Andrésiennes, Chers Andrésiens,

En ce début d’année, nous voulons tout d’abord souhaiter à chacun d’entre vous une année de bonne santé et d’épanouissement personnel, et à notre pays une année d’apaisement.

La défiance que l’on constate vis-à-vis des élus se nourrit souvent du manque de prise en compte des besoins ou des idées des citoyens. Les demandes de Référendum d’Initiative Citoyenne qui s’expriment dans la rue renvoient, à cette forte attente de participation du public, aux prises de décision.

Cette écoute de la population doit d’abord avoir lieu au niveau local. Et là, le moins qu’on puisse dire, c’est que le Maire et sa majorité ont un problème avec le concept même de concertation. « On n’a jamais raison tout seul » dit la sagesse populaire… Mais pour le Maire d’Andrésy, visiblement, si ! Comme si toute idée venant d’un autre ne pouvait avoir de valeur ou pire, était suspecte…
Les élus de l’opposition que nous sommes sont systématiquement écartés de toute discussion. Les commissions municipales, convoquées à la dernière minute, sont des chambres d’enregistrement où ni l’échange ni le débat ne sont souhaités la plupart du temps.
Il en va de même pour les réunions avec les habitants. Quand il y en a (les réunions de quartier ont été supprimées à Andrésy: pensez donc, il fallait rendre des comptes aux habitants…!), les réunions dites de concertation de la Mairie ne sont en fait que des réunions destinées à présenter des projets déjà bouclés. Vous avez des suggestions, des remarques ? Gardez-les, le Maire a déjà décidé… Et pourtant, nous avons tous des idées à mettre sur la table, surtout quand on est le principal utilisateur d’un service ou si l’on habite le quartier concerné.

Le gouvernement annonce un grand débat : c’est une opportunité à saisir pour s’exprimer sur les sujets qui traversent notre société.  Andrésy Dynamique va y participer et se propose de faire remonter toutes vos contributions, que vous pouvez nous envoyer à andresydynamique@gmail.com

Bon début 2019 à toutes et à tous !

Rue des courcieux, proposition concrète d’Andrésy Dynamique

Le maire et les soutiens de Denis Faist affirment et réaffirment qu’ils ne peuvent rien faire contre des Permis de Construire comme celui qui vient d’être délivré rue des Courcieux car privés et conformes au PLU (plan local d’urbanisme défini par le Maire).
Certes, mais comme nous l’avions déclaré dès 2015, lors de l’élaboration du nouveau PLU, le Maire et son adjoint devaient être très attentifs aux nouvelles possibilités offertes aux promoteurs par la loi Duflot car les règles mises en place dans les PLU précédents ne suffisaient plus mais monsieur Ribault, par un comportement partisan n’a pas voulu en tenir compte et a donc ainsi ouvert grand les portes aux promoteurs!
Et nous voilà confrontés hier, rue Maurice Berteaux et rue de la Fontaine, aujourd’hui rue des Courcieux et demain dans d’autres quartiers, à une densification excessive de notre belle ville due au laxisme de cette majorité.
Mais concrètement si ce Permis de Construire est réglementaire, le rôle du Maire est d’avoir une politique globale pour sa commune. 

Maintenant, nous lui demandons donc de diminuer d’autant les constructions qu’il a prévues ailleurs.
 En effet, ces 32 nouveaux logements qui vont s’implanter dans notre centre ville n’étaient pas inscrits dans les obligations légales de la commune, le Maire peut donc diminuer d’autant son programme de logements « publics » .
Voilà une proposition concrète qu’Andresy dynamique « met sur la table ».
Nous ne pouvons pas accepter le bétonnage d’Andresy et c’est pour cela que nous avions lancé, des 2016 une pétition toujours en ligne sur https://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/betonnage-andresy/26659
Et Andresy Dynamique continuera à se battre pour obtenir des résultats tenant compte des réalités mais respectant notre cadre de vie !

TRIBUNE ANDRESY DYNAMIQUE SEPTEMBRE 2018

Rentrée scolaire : Peut mieux faire ; c’est l’appréciation que l’on peut attribuer à la Municipalité pour cette rentrée scolaire.

Premier mauvais point : la fermeture d’une classe à l’école maternelle des Charvaux. Devant cette perspective et relayant l’inquiétude des parents, des enseignants et personnels de l’école, nous avions demandé au Maire de réagir officiellement pour réclamer le maintien de 4 classes. L’Education nationale en a décidé autrement, et l’Adjoint aux affaires scolaires, Denis Faist, en a pris acte, sans protester ni défendre la qualité de l’accueil des petits Andrésiens. Pourtant, par le passé, les critères d’évaluation de l’Education nationale ont pu être contestés (pour maintenir une classe à l’école élémentaire St Exupéry par exemple). Et ce n’est pas parce que certaines communes voisines ont des classes encore plus chargées qu’il faut l’accepter chez nous sans se battre. La maternelle des Charvaux se retrouve ainsi avec les classes les plus chargées d’Andrésy. N’y aurait-il pas eu moyen de réfléchir à une meilleure répartition avec la maternelle voisine du Parc où les effectifs sont moins importants, pour les familles qui en sont géographiquement proches ?

Second mauvais point : pour absorber les nouveaux élèves annoncés par l’intensification de l’urbanisation voulue par la municipalité, le Maire a choisi d’agrandir certaines écoles au lieu d’en construire une nouvelle. Résultat : ici on pousse les murs, là on ajoute un étage, ailleurs on agrandit la cantine, et partout on rabote les cours de récréation, on augmente le niveau sonore et le stress que représente des écoles trop denses pour les enfants comme pour les adultesl. Il aurait été préférable de garder une taille plus limitée à nos écoles et d’en construire une nouvelle. En plus, cela aurait coûté moins cher aux contribuables !

Ces deux exemples prouvent qu’à l’évidence, la Mairie aurait dû revoir sa copie en pensant à la qualité d’accueil et d’apprentissage à laquelle ont droit nos écoliers.

Nous souhaitons , néanmoins, une excellente année scolaire aux petits Andrésiens !

TRIBUNE ANDRESY DYNAMIQUE AOUT 2018

Nous sommes tous très sensibles à l’entretien des espaces verts : des pelouses tondues, des massifs taillés, des fleurs plantées embellissent l’espace urbain, qui a tant besoin de nature.

Rendons au passage, hommage au savoir-faire et à l’engagement des agents du Service des espaces verts de la Ville, qui, avec beaucoup de talent, bichonnent les parties plantées de la commune.

Mais ils ne décident pas de l’ambition d’Andrésy en matière d’espaces verts, et n’interviennent que là où ils sont envoyés, en fonction d’une stratégie définie par les élus. Or manifestement, l’entretien de tous les espaces verts ne fait pas partie des priorités de la Ville.

En centre-ville, pas grand-chose à redire. Mais certains espaces sont délibérément laissés de côté.

Les pelouses bordant la rue Marie-Jane Pruvot, par exemple, ne sont tondues que lorsque des compétitions sont prévues, mais laissées en l’état le reste du temps.

Rue Maurice Berteaux, les mauvaises herbes ont tellement poussé en certains endroits qu’elles finissent par soulever l’enrobé du trottoir.

Avenue des Coutayes, le petit square qui pourrait offrir un havre de verdure et d’ombre en cette période estivale est purement et simplement laissé à l’abandon.

Et que dire du cimetière, où les hautes herbes et les chardons vont finir par couvrir les sépultures, donnant à ce lieu empreint d’émotion un aspect anarchique inacceptable ?

Il n’est pas question de ne plus rien laisser pousser ni de multiplier les moyens alloués à l’entretien des espaces verts : nous payons déjà assez d’impôts locaux ! Mais, en ville, plantes et arbustes doivent être maîtrisés pour s’intégrer harmonieusement dans l’environnement de nos quartiers et permettre l’usage normal de nos rues. Tout est question de choix et de priorité.

Et ne nous laissons pas berner : ce manque de volonté d’entretenir tous les espaces verts n’a rien d’une approche écologique voulue par la Ville : si le maire se préoccupait d’écologie, il ne s’empresserait pas de bétonner Andrésy à tout va en la livrant aux promoteurs !

Tribune ANDRESY DYNAMIQUE AVRIL/MAI 2018

Lors des derniers conseils municipaux, Andrésy Dynamique s’est prononcé contre deux délibérations clés pour l’avenir de notre ville.

Tout d’abord contre le budget proposé par le Maire. Le gel des dotations de l’Etat doit inciter les municipalités à être innovantes dans la gestion des fonds publics. Or à Andrésy, tout se passe comme si rien n’avait changé depuis 2001. Les dépenses proposées servent l’image de la ville et non l’intérêt des Andrésiens : on nous parle de tourisme quand le commerce de proximité se meurt, de constructions quand les voiries sont délabrées, et de « Ville amie des enfants » quand la crèche familiale ferme…

Nous déplorons le manque d’ambition, de vision et d’innovation de ce budget. L’urgence serait de préparer l’arrivée programmée de 3 700 nouveaux habitants, pas de prévoir des investissements non demandés par les Andrésiens, comme la halte fluviale ou la rénovation du mur du Moussel. Ce budget s’inscrit dans la continuité des précédents, sans porter de projet d’avenir pour Andrésy.

Mais cette séance réservait une autre mauvaise proposition : une convention donnant les clés d’Andrésy à l’Etablissement foncier de la Région et, par conséquent, aux promoteurs immobiliers. Nous sommes, de nouveau, scandalisés par cette frénésie de constructions prévues : 10 projets sont désormais identifiés à Andrésy, dont certains jamais évoqués avec les habitants : 150 logements aux Gaudines, plus de  250 dans le Bas des Côteaux, au moins 100 sur la Côte aux Lièvres, 40 rue de Chanteloup, 100 rue du Gal  Leclerc… C’est l’escalade : nous sommes passés de 102 logements à construire par an, mi 2015 à 218 par an jusqu’en 2023. Des projets que les habitants découvriront encore au détour d’un dépôt de permis de construire, sans avoir été consultés. Andrésy Dynamique a été le seul groupe à voter contre cette délibération, tirant à nouveau « la sonnette d’alarme », pour reprendre le titre de l’article de la Gazette du Val d’Oise faisant écho à nos arguments.

Andrésy Dynamique  avec Virginie Muneret, Franck Martz, Marie-Françoise Perroto,  Emmanuelle Menin et Christian Taillebois. Facebook/andresydynamique / email. andresydynamique@gmail.com/ www.andresy-dynamique.fr.27:04/18

 

Monsieur le Maire, pourquoi densifier Andrésy, avec une telle frénésie?

Monsieur le Maire,

nous ne comprenons pas cette nouvelle proposition de convention qui nous donne également les orientations du prochain PROGRAMME LOCAL DE L’HABITAT 2018-2023.

Nous sommes, de nouveau, scandalisés par la frénésie que vous avez à confier les clés de la Maison Andrésy à l’Etablissement foncier de la Région (EPFIFI) par conséquences aux promoteurs.

Nous espérions qu’à la suite de la mobilisation et de la pétition qu’Andrésy Dynamique vous avait remise, vous aviez compris et surtout avancé sur le chemin de la raison.

Monsieur le Maire, Hugues, aimes-tu toujours Andrésy, est-ce le seul critère financier qui guide ces choix ? T’es-tu arrêté quelques minutes en posant tous ces logements sur une feuille, en imaginant toutes ces familles sur Andrésy ? 3700 personnes supplémentaires ? Sans crèche, sans routes dimensionnées aux besoins, sans stationnement, peu de transports, pas de services jeunesse ou social adapté ?

Je suis étonnée que tu acceptes comme cela de brader notre Ville en proposant cette densification massive ? Vraiment je ne comprends pas. Pourquoi ces choix ? Notre qualité de vie ne se résume pas seulement à une équation comptable ?

Car déjà, vous avez essayé de nous faire accepter, au début du mandat, l’inclusion des hauts des coteaux, dans la veille foncière que nous avions réussi à vous faire retirer. Ensuite, 2 veilles foncières inutiles créées rue de l’Eperon et rue du Maréchal Tassigny qui ont été, à notre demande abandonnées.

Puis, alors que nous pensions avoir tout vu avec le maxi raté du PLU où non seulement, vous aviez laissé filer le règlement à volo malgré nos recommandations sur les risques de dérives de la loi Duflot .mais où le nombre de logements prévus étaient de 1259 alors que le PLH 2015- 2020 accepté par l’Etat n’ était que de 612 logements.

Mais ce soir, des annonces records : 10 projets au détour d’une délibération proposée comme par hasard le même jour que le vote du budget.

Ces projets ne correspondent d’ailleurs pas à ce qui a été présentées oralement et sans aucun écrit lors de la dernière commission ad-hoc,soi-disant chargée d’étudier les propositions. QUE NINI, PAS DE CONCERTATION et encore moins de réflexion.

5 projets se trouvaient dans le précédent PLHI mais entre 2014 , 2015 et 2018, vous les avez SURDENSIFIER auquel j’ajoute le projet de la gare qui, s’il n’est dans aucun des 2 PLH doit pourtant être comptabilisé dans les logements d’ ANDRESY.

Pleyon : en 2015 : 20 logements ; en 2018 : 100

La Gare : En 2014 : 120 lgts / 2015 : 260. 2018 : 290

La CCI : EN 2014 : 200 logts / 2015 : 260 en 2018 : 300

FOCH/BP : En 2014 : 40 lgts / 2015 : 100 /en 2018 : 150 (ce projet a été pratiquement multiplié par 4).

Sablons : en 2015 : 110 logements/ en 2018 : 350

La Poste : en 2015 : 12 logts/ en 2018/ 20

A cela s’ajoute des projets dont vous n’avez jamais parlé aux habitants:

Les Gaudines : 150 logements

Rue de Chanteloup : 40 logements

Bas des Coteaux : au moins 250 logements

Rue du Général Leclerc : au moins 100logts

Cote aux lièvres : au moins 100 logements

Bel Air : environ 50 logements.

En résumé :

En juin 2015, le PLHI prévoyait 612 logements dont 255 logements sociaux. Proposition acceptée par l’Etat et l’intercommunalité pour la période : 2015-2020. Andresy dynamique était donc d’accord et votait ce document.

En décembre 2015 : le PLU d’Andrésy, sans que rien ne lui soit demandé approuvait 1259 logements dont 450 logements sociaux .

Et ce soir, PLHI 2018-2023 : On nous propose 1311 logements auquel il faut ajouter les constructions de la Gare (290 logements) ; rue de l’Hautil …et le diffus soit 1600 logements au bas mot dont 500 logements sociaux.

C’est-à-dire que nous sommes passés de 102 logements à construire par an en juin 2015, à 157 fin 2015 et aujourd’hui à 218 logements par an jusqu’en 2023.

Une escalade inimaginable !!

Des projets que les habitants découvriront encore au détour d’un dépôt de permis de construire, sans avoir vu 1 seul projet de ville, réfléchi, pensé, étudié.

Tout est à la petite semaine : Entre la première délibération de veilles foncière avec l’EPFIF et celle-ci se sont, à peine écoulé, 3 ans et nous ne sommes déjà plus en adéquation avec les projets proposés.

On ne sent pas de vision à long terme que vous déclineriez à moyen et court terme.

Nous voyons apparaitre des chiffres et des listes de construction sur notre ville, sur une délibération alors que cela nécessiterait au minimum une présentation détaillée comme Andrésy Dynamique avait pu le faire pour expliciter vos chiffres, lors de l’approbation du PLU.

Vous nous présentez cela comme si c’était abstrait, désincarné mais nous parlons de personnes qui vont devoir vivre dans une commune où les transports sont déjà saturés, le stationnement inexistant, les routes étroites …et où il sera difficile d’aider les 1000 nouveaux habitants qui résideront dans le parc social au sein de familles qui nécessiteront des services spécifiques que nous n’avons pas aujourd’hui à Andrésy.

Les Andrésiens ont pour un grand nombre décidé de s’éloigner de Paris avec toutes les contraintes que cela engendrent en terme de services et en terme financier (taxe foncière très élevée) mais pour y trouver un cadre de vie idéal, dans un habitat individuel, avec de l’espace pour y voir grandir ses enfants à la campagne. Entre Seine et Coteaux !

Malheureusement demain, les futurs historiens risquent d’avoir à appeler leurs ouvrages, Andrésy, la cité dortoir, la ville sans âme.

Non vraiment nous ne pouvons pas accepter ceci et nous vous demandons de revoir à la baisse l’urbanisation proposée .

En attendant, nous voterons contre cette délibération.