Monsieur le Maire, pourquoi densifier Andrésy, avec une telle frénésie?

Monsieur le Maire,

nous ne comprenons pas cette nouvelle proposition de convention qui nous donne également les orientations du prochain PROGRAMME LOCAL DE L’HABITAT 2018-2023.

Nous sommes, de nouveau, scandalisés par la frénésie que vous avez à confier les clés de la Maison Andrésy à l’Etablissement foncier de la Région (EPFIFI) par conséquences aux promoteurs.

Nous espérions qu’à la suite de la mobilisation et de la pétition qu’Andrésy Dynamique vous avait remise, vous aviez compris et surtout avancé sur le chemin de la raison.

Monsieur le Maire, Hugues, aimes-tu toujours Andrésy, est-ce le seul critère financier qui guide ces choix ? T’es-tu arrêté quelques minutes en posant tous ces logements sur une feuille, en imaginant toutes ces familles sur Andrésy ? 3700 personnes supplémentaires ? Sans crèche, sans routes dimensionnées aux besoins, sans stationnement, peu de transports, pas de services jeunesse ou social adapté ?

Je suis étonnée que tu acceptes comme cela de brader notre Ville en proposant cette densification massive ? Vraiment je ne comprends pas. Pourquoi ces choix ? Notre qualité de vie ne se résume pas seulement à une équation comptable ?

Car déjà, vous avez essayé de nous faire accepter, au début du mandat, l’inclusion des hauts des coteaux, dans la veille foncière que nous avions réussi à vous faire retirer. Ensuite, 2 veilles foncières inutiles créées rue de l’Eperon et rue du Maréchal Tassigny qui ont été, à notre demande abandonnées.

Puis, alors que nous pensions avoir tout vu avec le maxi raté du PLU où non seulement, vous aviez laissé filer le règlement à volo malgré nos recommandations sur les risques de dérives de la loi Duflot .mais où le nombre de logements prévus étaient de 1259 alors que le PLH 2015- 2020 accepté par l’Etat n’ était que de 612 logements.

Mais ce soir, des annonces records : 10 projets au détour d’une délibération proposée comme par hasard le même jour que le vote du budget.

Ces projets ne correspondent d’ailleurs pas à ce qui a été présentées oralement et sans aucun écrit lors de la dernière commission ad-hoc,soi-disant chargée d’étudier les propositions. QUE NINI, PAS DE CONCERTATION et encore moins de réflexion.

5 projets se trouvaient dans le précédent PLHI mais entre 2014 , 2015 et 2018, vous les avez SURDENSIFIER auquel j’ajoute le projet de la gare qui, s’il n’est dans aucun des 2 PLH doit pourtant être comptabilisé dans les logements d’ ANDRESY.

Pleyon : en 2015 : 20 logements ; en 2018 : 100

La Gare : En 2014 : 120 lgts / 2015 : 260. 2018 : 290

La CCI : EN 2014 : 200 logts / 2015 : 260 en 2018 : 300

FOCH/BP : En 2014 : 40 lgts / 2015 : 100 /en 2018 : 150 (ce projet a été pratiquement multiplié par 4).

Sablons : en 2015 : 110 logements/ en 2018 : 350

La Poste : en 2015 : 12 logts/ en 2018/ 20

A cela s’ajoute des projets dont vous n’avez jamais parlé aux habitants:

Les Gaudines : 150 logements

Rue de Chanteloup : 40 logements

Bas des Coteaux : au moins 250 logements

Rue du Général Leclerc : au moins 100logts

Cote aux lièvres : au moins 100 logements

Bel Air : environ 50 logements.

En résumé :

En juin 2015, le PLHI prévoyait 612 logements dont 255 logements sociaux. Proposition acceptée par l’Etat et l’intercommunalité pour la période : 2015-2020. Andresy dynamique était donc d’accord et votait ce document.

En décembre 2015 : le PLU d’Andrésy, sans que rien ne lui soit demandé approuvait 1259 logements dont 450 logements sociaux .

Et ce soir, PLHI 2018-2023 : On nous propose 1311 logements auquel il faut ajouter les constructions de la Gare (290 logements) ; rue de l’Hautil …et le diffus soit 1600 logements au bas mot dont 500 logements sociaux.

C’est-à-dire que nous sommes passés de 102 logements à construire par an en juin 2015, à 157 fin 2015 et aujourd’hui à 218 logements par an jusqu’en 2023.

Une escalade inimaginable !!

Des projets que les habitants découvriront encore au détour d’un dépôt de permis de construire, sans avoir vu 1 seul projet de ville, réfléchi, pensé, étudié.

Tout est à la petite semaine : Entre la première délibération de veilles foncière avec l’EPFIF et celle-ci se sont, à peine écoulé, 3 ans et nous ne sommes déjà plus en adéquation avec les projets proposés.

On ne sent pas de vision à long terme que vous déclineriez à moyen et court terme.

Nous voyons apparaitre des chiffres et des listes de construction sur notre ville, sur une délibération alors que cela nécessiterait au minimum une présentation détaillée comme Andrésy Dynamique avait pu le faire pour expliciter vos chiffres, lors de l’approbation du PLU.

Vous nous présentez cela comme si c’était abstrait, désincarné mais nous parlons de personnes qui vont devoir vivre dans une commune où les transports sont déjà saturés, le stationnement inexistant, les routes étroites …et où il sera difficile d’aider les 1000 nouveaux habitants qui résideront dans le parc social au sein de familles qui nécessiteront des services spécifiques que nous n’avons pas aujourd’hui à Andrésy.

Les Andrésiens ont pour un grand nombre décidé de s’éloigner de Paris avec toutes les contraintes que cela engendrent en terme de services et en terme financier (taxe foncière très élevée) mais pour y trouver un cadre de vie idéal, dans un habitat individuel, avec de l’espace pour y voir grandir ses enfants à la campagne. Entre Seine et Coteaux !

Malheureusement demain, les futurs historiens risquent d’avoir à appeler leurs ouvrages, Andrésy, la cité dortoir, la ville sans âme.

Non vraiment nous ne pouvons pas accepter ceci et nous vous demandons de revoir à la baisse l’urbanisation proposée .

En attendant, nous voterons contre cette délibération.